Utilisation de l’intelligence artificielle pour identifier le contenu de l’EI et AL-Q.

L’utilisation de l’intelligence artificielle est en général une mauvaise chose car elle peut reproduire les actes de l’humain à l’identique voir en mieux, mais dans certains cas elle peut s’avérer utile.

Aujourd’hui nous allons parler de l’utilisation de l’intelligence artificielle qui permet de contrer le terrorisme sur les réseaux sociaux, mais surtout le recrutement. Le recrutement des organisations terroristes est présent sur les réseaux sociaux sauf que nous ne le voyons pas et peu de gens en parle.

Tout d’abord une simple explication, qu’est-ce que le terrorisme et d’où vient-il ?

« Le terrorisme islamiste ou terrorisme djihadiste (ou terrorisme islamique) fait référence aux attentats et aux autres mouvement ou actions terroriste par certaines organisations islamistes. Ce sont les faits principalement effectués par des groupes salafiste djihadiste comme l’État islamique ou même al-Qaïda. »

Le terrorisme est survenu entre les années 1979 et 1990 avec quelques gros évènements clés :

Dans les années 1979, le terrorisme est né à cause d’un évènement plus que majeur qui est l’emprise de La Mecque par Jouhaïmane Al-Outaïli. L’armée saoudiennes et jordaniennes restant impuissantes face au problème, c’est au final le groupe de la gendarmerie française, le GIGN, qui les feras sortir du bâtiment.

Dans les années 1990, le terrorisme se poursuit à cause de Saddam Husein, ancien dictateur dont son règne à durer 24 ans, décidant d’envahir le Koweït.

Pendant les années 1990, après la guerre du Golfe (ou l’Irak attaquant le Koweït s’est fait bombarder par les forces aériennes des Etats-Unis qui les ont obligés à se replier en Arabe Saoudite), l’antiaméricanisme croit de plus en plus et fait place au célèbre Ben Laden, l’élève de Abdullah Yusuf, qui forme l’organisation de Al Qaida afin de se faire entendre lui et ses revendications au sein du monde et particulièrement aux Etats-Unis. L’une de ces premières revendications était l’attaque des 2 tours aux Etats-Unis. Un évènement tragique qui a marqué l’histoire.

Vous vous demandez sûrement dans un premier temps, comment font-ils pour recruter leurs soldats ?

Il faut savoir que dans le terrorisme (que ce soit à l’EI, Al-Qaida, etc.) des personnes sont chargées de recruter des individus, surtout des hommes, pour les inciter à rejoindre leur organisme et ainsi combattre jusqu’à ce que mort s’en suive malheureusement. Une simple recherche les réseaux sociaux et voilà les candidats. Comment réussissent-ils ? La réponse est relativement simple, pour parvenir rien de mieux qu’une vague de mensonges pour les attirer et les mettre dans leurs poches. Villa de luxe, voiture de luxe, argent, tranquillité, respect par autrui ce sont les principaux arguments qu’utilisent ce genre d’organisation pour finaliser le recrutement et ainsi les avoir à leur merci.

En général, tous les frais sont à la charge de l’organisation. Le sélectionné a simplement besoin de prendre ses affaires ainsi que le billet d’avion jusqu’à la destination ou quelqu’un l’attendra pour le récupérer. Quelques temps après, il sera prêt au combat, aura subi un lavage de cerveau et n’aura qu’une envie c’est de se faire respecter par la force jusqu’à en venir aux armes à feu, et dans la plupart des cas se sont ces victimes venant de divers pays qui seront abandonnées au combat jusqu’au moment où une balle les atteindra.

Mais quel rapport a l’intelligence artificielle avec le recrutement du terrorisme ?

C’est là que l’intelligence artificielle rentre en jeu ! Depuis quelques temps, le réseau social mondial Facebook utilise l’intelligence artificielle pour analyser le contenu posté par Al-Qaida et l’Etat Islamique, c’est-à-dire qu’il automatise au maximum l’analyse ainsi que le repérage des contenus publiés par les organisations Al-Qaida et l’Etat Islamique à l’aide de l’intelligence artificielle.

Je m’explique. Facebook utilise deux technologies pour y arriver :

  • La première s’appelle « L’apprentissage machine basée sur le texte », cette technologie consiste à donner à la machine un grand nombre de texte djihadiste souvent utilisé. En parallèle, Facebook lui apprend à analyser, décortiquer pour au final repérer le ou les contenus posant problème. Suite à ce processus le contenu final est envoyé à des équipes définies pour y remédier.
  • Deuxième technologie, la « correspondance image et vidéo » (Il faut savoir que ce système est déjà utilisé pour détecter et mettre fin à la pédopornographie) En quoi cela consiste ? Tout d’abord, chaque djihadiste possédant « un casier judiciaire numérique/empreinte numérique » est directement répertorié dans une base de données commune que tous les grands réseaux sociaux utilisent. Le fonctionnement est très simple, lors de la publication de contenu ce système se met en marche, il analyse celui-ci est détermine automatiquement s’il doit être supprimé.

Selon Facebook, 83% des contenus classés comme « terroriste » sont détruits dans l’heure suivante, ainsi que 99% des contenus liés au organisations terroristes, et tout cela sans même qu’un utilisateur humain de Facebook fasse une démarche de signalement, ce qui est un résultat plutôt concluant.

Chose importante à retenir, lors de l’analyse des contenus nommés « terroristes », les publications à but informatif tel que : article d’informations sur les différentes guerres dans le monde, vidéo montrant des explosions à l’aide de bombe, etc. passent eux aussi à la trappe, car ils sont classés comme sensibles et utilisent le mot « terroriste » dans le contenu.

Conclusion

Personnellement, comme dit au début de l’article, je pense que l’intelligence artificielle n’est pas une bonne chose, mais elle aide à la contre-attaque contre le terrorisme et autres. Certes leurs coûts est moindre comparé à un humain mais cette technologie nous envahie à grand pas et ne présente rien de bon pour la suite de notre existence. En ce qui concerne les réseaux sociaux et leur « filtrages » de contenu, ils devraient analyser les comptes en entier de ces recruteurs et terroriste puis les supprimés, voir aller plus loin jusqu’à la suppression de l’adresse mail que le profil utilise, ou même remonté jusqu’à l’ordinateur à l’aide de l’adresse IP ou autres. Ces personnes sont dangereuses et ont déjà détruit un nombre énorme de famille, le temps est venu d’y mettre fin en prenant des solutions radicales. Dans notre société actuelle, nous possédons pratiquement toutes les technologies possibles et inimaginables. Le but maintenant est de rassembler tout cela est créer un organisme s’occupant exclusivement du « terrorisme au sein des réseaux sociaux ».

Sources d’informations :

Vous pouvez me retrouver sur LinkedIn pour toutes questions ou informations supplémentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *